SPHÈRE CONVULSIVISTE
 
1. Shalom of Moloch

2. Message du septième étage

3. Eden Arabie

4. Feu Sacré

5. Les Jeux sinaïques
 

 Les Lèvres nues

Sphérisme


biographie
bibliographie
iconographie
contact
<< Retour
 
 
Sphère >  1. Shalom of Moloch

Première invitation à l'Axiome de la Sphère

SHALOM of MOLOCH

« La Sphère rejoint la Sphère. »
Stefan ZWEIG (Magellan, traduction de Françoise Wuilmart)

Pourquoi Les Lèvres nues ? Que dit aujourd’hui le titre d'une revue surréaliste où Guy Debord publia ses premiers textes, à l’heure où l’officielle crétinerie culturelle usurpe le prestige d’un collaborateur de cette revue – dont la couleur politique était rouge – du nom de Magritte, pour farder le bleu de ses lèvres cadavériques ?...

Les morts parlent aux vivants par une bouche d’ombre leur enjoignant à la fois de franchir ces lèvres et d’en interpréter le message malgré les brouillages du présent pseudocosme, pour accéder à la Sphère...

Washington, Jérusalem et Riyad sont les capitales mondiales du crime organisé, mais Bruxelles feint de l’ignorer. D’où les timides réactions de l’Union européenne au complot tramé par cette chimère tricéphale pour enterrer le peuple palestinien sous une chape de béton barbelé…

Nulle domination sans mystification. Quand l’une passe toute limite, l’autre se fait absolue. Mettre en question les articulations logiques entre forfaitures économiques, scélératesses politiques et escroqueries idéologiques est le travail de qui produit du sens avec des signes, à plus forte raison sous l’empire planétaire de Kapitotal. Que pareille réalité n’ait pas lieu d’expression publique indique un degré supérieur dans le jeu de dupes caractérisant nos tyrannies financières à façade humanitaire et libertaire, sous les faux soleils de la tour Panoptic…

En principe, tout chef de gang agit dans l’ombre d’une arrière-salle et non sous le feu des caméras, devant plusieurs milliards de témoins. Quel passage à tabac mental a-t-il fallu pour qu’une telle énormité fût possible, supprimant dans une même hébétude programmée toute hypothèse de possible autre ? Une complète mainmise de Kapitotal sur la tour Panoptic était nécessaire pour que le Capo dei tutti Capi puisse offrir un territoire aux cupidités de son complice, avec les apparences d’un gentleman’s agreement entre dirigeants de pays démocratiques…

Aussitôt fait diversion, sur la place de Paris, n’importe quelle mise en scène offrant la vedette à une brochette médiatique pour applaudir, au nom de la liberté d’expression, l’exploit d’une gamine ayant clamé sur vidéo (un million de vues immédiates) : « l’islam c’est de la merde ». Insulter le christianisme ou l’islam est de salubrité publique ; décrier le judaïsme est passible des tribunaux…

Jamais sentence ne devait donc être plus occultée que celle concluant Zur Judenfrage de Karl Marx : « L’émancipation sociale du Juif, c’est la société s’émancipant du judaïsme ». L’analyse de Marx désigne, en sa propre culture d’origine, la religion même du capitalisme : analyse condamnée comme blasphématoire par ceux qui ne cessent de hurler le droit de blasphémer Allah ou Mahomet. Et pour cause ! Le Moloch du Geldmensch ne peut s’imposer comme une puissance tutélaire que grâce aux illusions d’optique d’une fausse conscience inversant toute réalité dans une théologie dont le dieu biblique est suprême totem…

La bourgeoisie, qui a joué un rôle civilisateur indéniable – nulle part mieux salué que par Karl Marx – durant les siècles de son essor pour s’assurer une hégémonie planétaire, s’est retournée contre sa propre culture historique dans une guerre ouverte contre la poursuite même du processus humaniste. Elle maquille dès lors en « progressisme » une régression généralisée, tout en promotionnant une sous-littérature s’affichant réactionnaire, non sans dénoncer le « conservatisme » des combats d’émancipation intrinsèques à la modernité…

Les formes barbares prises par l’actuelle Subkulturindustrie mêlent en une bouillie dévastatrice foi dans la religion marchande et scientisme pseudo-rationnel. Un programme d’intoxication massive des corps et des esprits tient lieu de culture, écrasant toute perspective d’avenir viable sous les fausses promesses d’un messianisme technologique…

C’est ici que le vieux schéma du judaïsme joue un rôle prépondérant. Les damnés de la terre et de la mer voient légitimer leurs misères par une race élue propriétaire du ciel, peuplé de business angels guidés par BHL – aux ordres de l’Eternel. Ainsi l’accord donné par le chef protecteur US à son sbire d’Israël, grâce à la servilité saoudienne, pour mettre en coupe réglée des propriétés spoliées : cette brutale violation du droit parée de justification spécieuses est commune aux exactions du colonialisme et de la mafia. Les deux se mêlent dans le sionisme, dont l’affirmation première au Congrès de Bâle en 1897 suivit de peu la Conférence de Berlin visant à dépecer l’Afrique en 1884…

Les liens noués entre le trio formé par Killer Donald, Biblik Bibi et MBS avec Baby Mac et Bruxelles, voueront à l’apartheid et au ghetto les citoyens non juifs de Palestine, donc attiseront des embrasements juteux pour les marchés de la guerre. Tout ce processus est décrit dans une geste romanesque à paraître bientôt, sous l’éclairage lumineux du premier héros d’épopée : Gilgamesh…

Car le regard englobant chefferies du christianisme évangélique, du judaïsme sioniste et de l’islamisme salafiste – sans oublier la religion laïque sacralisant le fétichisme de la marchandise – n’appartient pas tant à l’espace et à la géographie qu’à l’histoire et au temps : c’est le point de vue de la plus ancienne littérature…

Axiome de la Sphère accueillera donc, parmi tous ces personnages, un couple Badinter en mal de confidences qui conduira Gilgamesh, à bord d’une carriole de saltimbanques tirée par l’âne en lequel se sera réincarné François Mitterrand, dans une équipée vers l’Orient…

S’étonnera-t-on si pareille focale, autorisée par un recul de 5.000 ans, donne l’occasion de plonger dans le Jardin des Délices de Jérôme Bosch (500 ans) pour élucider les mystères du dernier demi-siècle ?...

Sous l’œil de la déesse Ishtar s’entrouvrira la bouche d’ombre par où parle aux vivants la voix des morts : à travers ses lèvres nues.

A.A. février 2020

SPHÉRISME | RETOUR

 Les Lèvres nues n°1